Retour sur l’atelier “Carnet de souvenirs”

Retour sur la série d'ateliers d'écriture "Carnet de souvenirs" organisée en partenariat avec l'association Trimaran à Vieux, près de Caen, du 27 février au 27 mars 2023.

Du 27 février au 27 mars dernier, j’ai eu l’occasion d’animer un atelier « Carnets de souvenirs » en partenariat avec l’association Trimaran, dans la ville de Vieux, près de Caen.

Petit retour sur cet atelier très sympathique…

Retour sur l'atelier d'écriture Carnet de souvenirs

Le principe de l’atelier « Carnet de souvenirs »

L’atelier « Carnet de souvenirs » est l’un des trois formats d’atelier « standards » que je propose. Celui-ci se tient idéalement en série de plusieurs séances. L’objectif de cette série d’ateliers est de réaliser un carnet de souvenirs, à transmettre ensuite à ses enfants, petits-enfants, etc.

L’idée, c’est de commencer par l’écoute de chansons évocatrices, idéalement proposées par les participants, après quoi chacun est invité à rédiger les souvenirs que l’écoute lui a évoqués. Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite partager ce qu’ils ont écrit – sans obligation. On termine enfin la séance par un travail sur le carnet en lui-même, façon scrapbooking, pour mettre les souvenirs mis par écrit en valeur.

C’était la première fois que j’avais l’occasion d’organiser cet atelier en particulier, j’étais donc curieuse de savoir si mes plans allaient vraiment coller à la réalité sur le terrain…

Le déroulement

J’ai eu le plaisir d’accueillir six participantes à cet atelier. L’ambiance était très sympathique, et il y a très vite eu une bonne entente entre toutes les participantes.

Très vite cependant, j’ai du revoir mes plans pour cet atelier ; en effet, les participantes n’étaient pas très inspirées par l’étape scrapbooking à la fin de chaque séance. Elles préféraient attendre d’avoir écrit plusieurs textes avant de commencer à travailler sur le carnet en lui-même.

Nous avons donc convenu de prévoir deux temps d’écriture sur les premières séances, et de consacrer la cinquième et dernière séance à la réalisation du carnet. En fin de compte, nous avons quand même fait un dernier temps d’écriture sur cette cinquième séance, et seule la deuxième moitié de la séance a été consacrée à la confection des carnets.

Aperçu des productions

La rédaction de souvenirs reste quelque chose de très personnel, mais certaines participantes on néanmoins accepté que je partage un petit aperçu de leurs réalisations – et je les en remercie !

1965 , une date où la libération de la femme commence à secouer les institutions, droit au travail sans autorisation du mari, droit à l'ouverture d'un compte bancaire, début du droit à la contraception dans une société corsetée par des préceptes moraux datant d'avant -guerre ( laquelle d'ailleurs ? ). Il semble qu'on ait peu évolué depuis le code Napoléon qui contraint les femmes dans un état de dépendance constant. Une société que les jeunes ne vont pas tarder à faire voler en éclat. Mai 1968 approche, et rappelez-vous que le départ du mouvement à Nanterre, c'était pour que les garçons aient le droit d'aller rendre visite aux étudiantes dans leur cité universitaire ! Mai 1968 : libération de la parole, des corps, remise en cause d'un ordre vieillissant ( le général de Gaulle a quel âge ? ) qui veut maintenir la jeunesse sous sa coupe.
1968 : j'ai 10 ans, je sens l'inquiétude de ma mère. Mon frère est étudiant à l'université de Caen et participe aux manifestations.

Vous permettez, monsieur ?
-Que je pense par moi-même, que je décide de mon avenir, que je porte des chemises à fleurs, que j'ai les cheveux longs ( pas les idées courtes ), que je manifeste contre la guerre au Vietnam, que je vive en communauté, que j'élève des chèvres au Larzac !

Bref, que je sois qui j'ai envie d'être !
Dessin d'un auteur de témoignage
Texte de P.V.
Ecrit suite à l'écoute de "Vous permettez, monsieur ?" de Adamo

Bilan et choses à améliorer pour la prochaine fois

J’ai énormément apprécié les textes écrits pendant ces cinq séances, les chansons proposées par les participantes, que j’ai découvert pour certaines, les échanges suite à la lecture des textes. Il y a eu quelques larmes de versées, des sourires, des plaisanteries, des gâteaux partagés. J’ai appris des choses que j’ignorais totalement sur l’histoire de Caen. J’ai moi-même vécu des moments difficiles dans ma vie personnelle pendant cette période (deux décès coup sur coup dans mon entourage), mais l’atelier m’a fait du bien et m’a remonté le moral un jour où ça n’allait pas du tout.

Cette connexion, ces échanges, ces partages, c’est exactement ce que je vise avec mes ateliers d’écriture.

Ça, c’est ce que je veux absolument retrouver dans les prochaines sessions de cet atelier.

Il y a en revanche certaines choses à améliorer – et c’est normal, c’était la première fois que je proposais cet atelier en particulier.

Dans l’ensemble, je reste un peu sur ma faim à la fin de ces cinq séances, qui me laissent un sentiment d’inachevé, notamment parce que la plupart des participantes avaient à peine ébauché leur carnet à la fin de la dernière séance. Certaines étaient motivées pour continuer à travailler dessus de leur côté, mais il reste la frustration de ne pas pouvoir voir le résultat final. L’idée a été évoquée d’organiser un temps de lecture à la bibliothèque pour partager quelques uns des souvenirs écrits pendant l’atelier, et par la même occasion se montrer les carnets terminés, mais tout est encore très flou et je ne suis pas sûre que cela pourra bien se faire. Bref, cette série a manqué d’une véritable conclusion.

Après réflexion, je dirais que mon tort a été de ne pas avoir prévu de modèle pour montrer ce que j’avais en tête pour les carnets de souvenirs. Cette absence d’exemple a été, je pense, la cause du manque d’enthousiasme des participantes pour la partie confection du carnet. Heureusement, l’une d’entre elles, qui était déjà amatrice de scrapbooking, a travaillé sur son carnet de son côté ; quand elle a montré aux autres ce qu’elle avait réalisé, après la troisième séance, j’ai senti que l’idée commençait à prendre davantage forme dans l’esprit des autres. Il faudra donc à l’avenir que je veille à montrer des exemples concrets dès le début, cela devrait mieux fonctionner. (Mais cela tombe bien, j’ai moi aussi écrit et commencé à réaliser un carnet pendant cette session !)

Il est aussi arrivé quelques fois que certaines des participantes ne soient pas du tout inspirées par la chanson que l’on venait d’écouter, et elles ont davantage peiné dans le temps d’écriture qui a suivi. Pour contrer ça, je pense qu’il serait judicieux de ne pas me contenter d’un seul déclencheur ; en écoutant deux chansons, il y a davantage de chances que chacun puisse être inspiré par au moins l’une des deux. Je compte exploiter aussi d’autres types de déclencheurs (images, textes, objets, etc.), mais l’idée de ne pas se contenter d’un seul reste valable.

Malgré ces quelques lacunes, le principal reste néanmoins que chacun a passé un bon moment ; les retours des participantes étaient très positifs. Elles ont même émis le souhait que l’atelier soit renouvelé d’ici quelque temps, cela m’a beaucoup touchée.

Il ne reste plus qu’à faire encore mieux la prochaine fois…

2 commentaires

  1. Merci Nolwenn pour cet atelier qui m’a beaucoup plu. J’ai réalisé mon carnet souvenirs et je trouve que c’est une très bonne façon de présenter mes textes et les partager. J’espère que nous pourrons nous retrouver toutes pour voir les réalisations des autres participantes.
    Au plaisir de vous revoir sur un nouvel atelier.
    Bonne continuation,
    Edith

    • Merci pour votre commentaire Edith ! Je suis contente que le format du carnet de souvenirs vous plaise. J’espère aussi que nous aurons l’occasion de nous retrouver toutes pour voir le résultat final. Au plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *